RESANA devient une plateforme nationale

Paris, le 04 juin 2020, la Direction Interministérielle du Numérique (DINUM) officialise RESANA comme la nouvelle plateforme collaborative de travail en équipe des agents de l’Etat et de ses établissements publics. Basée sur la solution d’interStis, elle permet de créer très facilement des groupes de travail pour communiquer, co-construire et mener ses projets.

Elle se positionne comme une réponse simple, sécurisée et souveraine aux outils de productivité comme Microsoft Teams ou Slack. Les utilisateurs sont principalement des agents de l’Etat mais est ouverte, en tant qu’invité, à leurs des partenaires (collectivités territoriales, associations, acteurs économiques, …) cassant ainsi les silos administratifs habituels. 

Un partenariat entre l’Etat et une start-up

RESANA c’est l’histoire d’un partenariat réussi entre l’Etat en région et interStis une start-up française travaillant en mode AGILE pendant près de 3 ans. Retour sur la génèse d’un succès.

En 2016, l’application de la réforme territoriale donne naissance à la Nouvelle-Aquitaine qui devient la plus vaste région de France. Les services de l’Etat cherchent alors à créer du lien entre des agents séparés parfois par plusieurs centaines de kilomètres. Dans ce cadre le projet de Réseau Social des Agents de Nouvelle-Aquitaine (RESANA) est soutenu par la Préfecture de la nouvelle Région. 

L’objectif est d’expérimenter un outil collaboratif destiné à favoriser l’entraide et le partage d’informations, sur un périmètre restreint de 150 agents pendant 18 mois. Le projet est financé dans le cadre des Programmes d’Investissement d’Avenir (PIA). RESANA est un des vingt projets financés par ce programme.

InterStis, éditeur français de solutions collaboratives est retenu. Deux raisons principales conduisent à ce choix :  la simplicité de la solution socle et la démarche de co-construction proposée par la start-up.

La première version de RESANA est mis en ligne en mars 2018.

Un succès en région identifié par la Paris 

Au bout de 6 mois d’expérimentation, le projet RESANA a déjà largement dépassé ses objectifs puisque la plateforme collaborative compte plus de 1 000 utilisateurs actifs. Elle a alors servi notamment à l’organisation du Plan Particulier pour la Creuse décidé par la Président de la République.

Un peu plus d’un an après son lancement, en juin 2019, son succès retient l’attention de la DINUM qui prolonge l’expérimentation d’une année supplémentaire. RESANA compte alors 4 000 utilisateurs et des franchises dans d’autres régions : NENUFAR en Grand-Est et Le Colibri en Ile-de-France. 

Explosion de l’utilisation pendant la crise de la Covid-19 

Le confinement qui suit la crise sanitaire fait exploser l’usage de RESANA. Pour autant, la solution ne connaît pas de rupture de charge. Le nombre d’utilisateurs actifs dépasse les 15 000 en mai 2020. Afin d’offrir de nouvelles solutions de travail à distance aux agents de l’Etat dans le cadre de la crise sanitaire, la DINUM anticipe de plusieurs mois le passage à l’échelle au niveau national de la plateforme RESANA. 

RESANA la réponse de l’Etat à Slack, Teams et Trello

InterStis est une start-up qui édite des solutions collaboratives simples et innovantes pour toutes tailles d’organisation. La promesse de l’entreprise est de simplifier les échanges, sécuriser les données et diminuer drastiquement le nombre de mails échangés dans le cadre de projets.

RESANA est un outil développé, à partir du logiciel interStis pro, pour répondre aux besoins des agents des services de l’Etat qui avaient tendance à utiliser des outils gratuits, grand public ou non sécurisés pour les échanges entre ministères ou avec leurs partenaires. Les solutions proposées (GED alfresco, sharepoint, …) n’apportaient pas le confort d’utilisation et la simplicité d’administration des outils grand public.

Le cahier des charges de départ était de proposer un outil simple, sécurisé, pour la gestion des projets et groupes de travail disposant de fonctionnalités collaboratives indispensables (co-édition, chat, messagerie de groupe, gestion de tâche, …) tout en respectant la culture et les règles de fonctionnement de l’administration de l’Etat. Décloisonner et outiller sans ébranler.

Une solution co-developpée pour répondre aux besoin des agents de l’Etat

Dès le départ du projet il est apparu clairement qu’interStis devrait adapter sa solution pour répondre aux contraintes de l’Etat. La start-up a pris le parti de s’appuyer sur cette contrainte pour en faire un levier d’amélioration de sa solution source.

Parmi les spécificités dont bénéficie RESANA on compte notamment :

  • une administration de la solution complètement spécifique qui permet une déconcentration des droits d’administration au plus près du terrain et des agents pour répondre à l’organisation des services de l’Etat et faciliter son déploiement ;
  • une gestion sur-mesure (et en dur) des droits et des accès de chaque membre à la plate-forme qui permet de différencier les agents de l’Etat (qui ont des droits supérieurs à tous les autres membres), les agents du secteur public et les autres membres dès leur inscription.
  • un choix d’outils adapté à l’environnement de travail de l’agent de l’Etat (ajout/retrait de certains outils par rapport à InterStis Pro).

En outre, il s’agit d’une véritable co-construction permettant de mobiliser les programmes d’innovation de l’Etat (PIA, Programme ETNA,…) pour développer des fonctionnalités spécifiques demandées par les agents (suite à des enquêtes et des retours utilisateurs pendant la phase d’expérimentation), développées ensuite par InterStis et testées par les agents.

RESANA démontre qu’en partant du terrain, les start-up et l’Etat peuvent trouver un intérêt mutuel à coopérer au service de la souveraineté numérique.

Ils en parlent dans la presse :

Communiqué de presse interStis 04/06/2020


Laisser un commentaire